•  

    Hier, les commentateurs, lors du match Danemark-Cameroun :

     

    « Cette équipe est vraiment bien organisée » (sous-entendu pas comme l'équipe de France)

     

    « Ces joueurs sont solidaires les uns des autres » (sous-entendu pas comme ceux de l'équipe de France)

     

    « C'est vraiment un beau match » (sous-entendu pas comme le match France-Mexique)

     

    J'aurais pas été étonné qu'ils disent : « Et en plus, avant le match j'ai parlé avec eux ils sont vachement respectueux » (sous-entendu pas comme Nicolas...)

     

    William Ronchonchon

     


    votre commentaire
  • Rien que pour ce spot publicitaire, il faut souhaiter que l'équipe de France de football ne passe pas le premier tour de la coupe du monde. Car là, le foutage de gueule atteint un tel niveau qu'il est nuisible pour le cerveau. Je n'ose pas imaginer les conséquences dramatiques de la vision répétée de cette ineptie... Au bout d'une semaine, on pense comme un ballon ? On se prend pour un short ? On trouve beau les crampons ? La pub vante les mérites d'une banque, le crédit agricole pour ne pas le nommer. Dans le spot, on voit des footballeurs français sauver in extremis des badauds d'un danger certain. Lassana Diarra en envoyant un ballon sur une plaque d'égout évite à un homme de tomber dans un trou. Thierry Henry et Yoann Gourcuff, grâce à un shoot à deux, explosent un avion miniature en flammes qui menaçait de heurter à la tête un passant insouciant. Déjà, on ne voit pas trop le rapport avec la banque. Les mecs qui ont échappé à l'accident allaient-ils au distributeur ? Etaient-ils conseillers du Crédit Agricole ? Les joueurs sont-ils clients de la banque ? Ou, étant donné que leur carrière est courte, commencent-ils leur reconversion en tant qu'anges gardiens pour le Crédit Agricole ? Et ange gardien pour le crédit agricole n'est-ce pas complètement débile ? D'ailleurs, pourquoi des footballeurs en tant qu'anges gardiens ? Sont-ils plus aptes que d'autres à assurer ces fonctions ?... On l'a vu dans la réalité, les footballeurs français foirent neuf fois sur dix leurs tirs. Comment peut-on croire que lorsqu'un danger pointera le bout de son nez, le gars fera mouche à tous les coups ?... Entre parenthèses, ce spot contribue à alimenter l'idée que les footballeurs ne sont pas des lumières. Au lieu tout simplement d'avertir les personnes oralement, non il faut que les types tapent dans un ballon, c'est plus fort qu'eux, le ballon est la raison de leur existence, leur prolongement en cuir et en vent. Ils ne peuvent absolument pas s'en passer. Le mec veut ouvrir une porte, il faut qu'il shoote sur la poignée, Il va à la boulangerie, il shoote sur les deux baguettes qu'il désire, il est content il jongle, etc...

    Pour rendre ce spot un tantinet crédible (mais a-t-on déjà vu une pub crédible ?), les créatifs (mais sont-ce vraiment des créatifs ?) auraient mieux fait d'être plus directs : première scène : le type qui manque de tomber dans le trou est devant son conseiller pour faire un prêt immobilier. Deuxième scène : Le conseiller lui annonce mine déconfite (la mine déconfite est la première expression qu'apprend à simuler un banquier) que vu ses faibles revenus et son absence d'apport il aura que dalle. Troisième scène : Tadam ! Lassana Diarra arrive et offre ses primes de matchs de l'année en cours au pauvre type. Quatrième scène, grâce à l'apport de Lassana Diarra, le conseiller accorde finalement le prêt immobilier ! Pour le type à l'avion, on pourrait imaginer une séquence avec un huissier qui vient prendre ses biens. Apparition de Thierry Henry et Yoann Gourcuff avec deux valises remplies à ras bord de biftons et tout est bien qui finit bien !

    Evidemment, à la vue de ce spot, je ne croirais pas plus au bon cœur du Crédit Agricole mais au moins, pour une fois, je trouverais ça drôle.

     

    William Ronchonchon


    votre commentaire
  • Quand on voit l'affiche du match France-Espagne, on se demande si la fédération française de football n'a plus de tune. Parce que si elle a dépensé du fric pour ça alors elle s'est faite lamentablement roulée. Comme affiche, plus moche et plus repoussante, tu peux pas. Ils devraient d'ailleurs faire les mêmes pour lutter contre l'alcoolisme ou l'obésité, je suis certain que ça aurait son effet. Car pour retirer toute envie d'aller voir le match, l'affiche fonctionne parfaitement. Elle fait même peur, c'est dire ! Combien de fois ai-je vu et entendu dans le métro des personnes pousser des hurlements de terreur à la vue de cette monstruosité. J'en connais même certaines qui ont décidé de ne plus sortir à la station où l'affiche était collée.

    Moi, en la voyant, j'ai pensé qu'ils offraient les places. Quelles n'ont pas été ma colère et mon ressentiment lorsque j'ai appris que le prix du billet le moins cher - c'est-à-dire tout en haut du stade de France là où un vent glacial vous ratatine les cacahuètes et là où le terrain ressemble à une feuille format A4 pliée en deux verte et les joueurs à des grains de beauté de couleur (on ne distingue pas le ballon) - s'élevait à 20 euros ! Quel foutage de gueule ! Comptaient-ils avec la recette payer les « créatifs » de cette affiche ? Parce que si c'était le cas, z'auraient mieux fait de les rémunérer à coups de satons. Une affiche pareille, même mon hamster qui est stupide fait mieux. Déjà, qu'est-ce que c'est que cette grande gerbe multicolore dans laquelle les joueurs baignent ? Le nouvel alien 5 ? Z'offrent les lunettes 3D ou faut payer un supplément de 4 euros pour les chausser ? Attends, tu vas pour assister à un match de football et la plupart des joueurs sur l'affiche n'ont pas de jambes ! Ca calme ! Inconsciemment, tu te dis : Putain, le spectacle va être minable !... Franchement, exhibe t-on des dents cariées pour un dentifrice triple-action ? Une grand-mère pour une pommade rajeunissante ? Une bonne et grosse vieille bouse pour un PQ parfumé à la lavande ?... A la limite, le seul joueur dont ils auraient dû couper les membres c'est Thierry Henry afin de lui refaire une virginité. Mais là, des joueurs de football sans jambes, c'est n'importnawak ! On croirait une campagne de mauvais goût pour aider les victimes de mines anti personnelles. A la rigueur, couper les têtes aurait pu passer, mais les jambes quelle faute grave ! Quels méconnaissance et mépris et pour le football et pour ses passionnés ! On serait tenté de penser à une provocation si tant de bêtise n'émergeait pas de cet éclaboussement fluo et kitch.

    Bref, tout ça pour dire que, pour une fois, je n'irai pas voir ce match au stade. J'ai pas les tunes et puis ce n'est qu'une rencontre amicale.

    William Ronchonchon


    votre commentaire
  • Qu'est-ce qu'y croyait le Raymond ? Que parce qu'il allait composer une équipe pour du beurre, j'allais pas venir au stade ! C'est mal me connaître ! On me largue pas sur une feinte minable, moi ! Et j'l'ai juré devant le poster d'Aymé en débardeur bleu, blanc, rouge et pantalon de survêt'  : tant que le Raymond sera à la tête de cette équipe, j'assisterai à tous ses matchs pour la pourrir. Il est temps qu'un supporter s'élève contre la médiocrité patente de ce binoclard à bouclettes. Qu'un homme fasse entendre la voix de la vérité même si elle est cruelle. J'dirais pas que j'ai été élu mais je le pense fort - et je sais que là haut dans le ciel, Aymé me regarde et approuve mon combat (Ouais, bien sûr, je sais qu'il est vivant, mais depuis 98 ses pieds touchent plus la terre au contraire de Raymond qui depuis 2006 a le bide dans la mouise et continue de s'enfoncer).

    Bref, dès le coup d'envoi, je rigole - les Français jouent comme les Autrichiens. On ne sait pas qui s'est refilé le virus de l'insuffisance technique mais tout le monde est contaminé. Les passes trop longues succèdent aux passes trop courtes. Les joueurs se dribblent tous seuls et tirent en 6 mètres ou dans d'imaginaires buts installés sur le toit d'un immeuble de 4 étages. Pendant que quelques aveugles hurlent allez les bleus, moi, je lâche mes piques, faisant marrer mes voisins : Oh la la la, la belle passe ! Ou la la la, le beau tir ! C'est quoi cette mi-temps de touches ? Pardon monsieur, vous pourriez m'indiquer le match de football ?...  Entre ces vannes, j'oublie pas de réclamer la démission de Domenech - faut que le message passe. Je suis d'ailleurs plus d'une fois parvenu à faire crier cette phrase à tout le stade (faut croire que les gars de la fédération Française de Football n'ont pas d'oreilles ou que Raymond détient sur eux des secrets inavouables, il est malin le binoclard à bouclettes). Et je l'avoue, ça a été extrêmement jouissif. Ce soir, ça a été plutôt le type qui démarre les olas qu'a pris son pied (on dit que c'est un Suisse) - on en a fait 24 d'affilée, pas loin du record mondial qui s'élève à 78 et est détenu par la Suisse justement. C'est dire si le spectacle sur le terrain était à chier. Mais bon la France a gagné grâce à un pénalty généreusement donné par l'arbitre. A 2-1, il était facile pour Gignac, fraîchement rentré, de foutre un autre pion. Malgré une défense fébrile, un milieu balbutiant et une attaque brouillonne, mon « Domenech, démission ! » n'a donc pas pris. Pas grave. Bon joueur, J'ai changé ma formule en « Estelle, divorce ! » puis j'ai plié bagage 10 minutes avant la fin du match. Fallait que je choppe mon RER avant qu'y ait trop de peuple et que je garde des forces pour les barrages - Matchs que j'attends avec impatience et à l'issue desquels, je l'espère, cessera peut-être enfin ma mission.

    William Ronchonchon


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique