• Les meilleurs coups de Sylvain Wiltord

    Tout le monde connait le joueur de foot Sylvain Wiltord. On connait beaucoup moins l'homme au tempérament de feu dont les dix mille conquêtes feraient passer Casanova pour un play boy des bacs à sable. En exclusivité pour OH NON ENCORE DU FOOT ! Sylvain a accepté de nous raconter ses plus beaux plans culs avec une modestie et une pudeur touchantes.

    J'étais en train de tâter du ballon quand un pote m'appelle. Je sors mon portable de mon short et décroche - Eh Sylvain, me fait-il, devine avec quoi je t'appelle. « Je sais pas » je réponds « J'hésite entre ta couille gauche et celle de droite ». « Ah ! ah ! ah ! t'es trop con, Sylvain. Non, c'est avec mon nouvel Iphone, ça te dirait de le voir ». A vrai dire, je m'en branle mais j'en ai marre de tâter du ballon et j'ai baisé il y a une heure donc je ne ressens pas encore trop de manque, donc je me dis, bah pourquoi pas, allons voir sa merde, ça va flatter son ego et le rendre heureux et moi, bin, j'aime bien rendre les potes heureux, si l'amitié ne sert pas à ça alors on peut direct la balancer dans le vide ordures. « Ok » je fais en montant dans ma BM.

    Arrivé chez mon pote, j'attrape une gaule de malade. Le type vit avec une méga bombe blonde avec des seins comme ass' et un cul de collection. Dès que nos regards se croisent nous sommes sur la même longueur d'ondes. Je sens qu'elle boufferait de la queue à longueur de journée si elle en avait les moyens. Ma gaule décuple et elle le remarque, s'humectant l'oreille avec la langue. Je rappelle que cette histoire se passait en hiver. La gastro se déchaînait, frappant les petits et les grands sans vergogne, décimant les trous de balle les plus robustes et les plus aguerris. A cet instant, mon pote ne le savait pas encore mais miss Gastro l'avait choisi pour une belle valse défécatoire. S'apprêtant à me montrer fièrement son bidule, il pose soudainement la main sur son ventre et file aux chiottes, gueule en vrac, corps en deux. Des occases comme ça, je pense. On n'en a pas trente-six dans la vie. Direct, je sors ma queue et la plante dans la bouche de la donzelle qui la suce avidement. Pur régal ! Je sors le braque et demande : « Tu t'appelles comment ? ». « Cindy* » elle fait en donnant des coups de langue dans le vide. « Cindy, mets toi à quatre pattes, j'vais te défoncer les orifices comme ils le méritent ». « Oh toi » fait-elle en me mordillant les couilles à travers le short. Là, bruit de chasse tirée. Cindy recouvre ses magnifiques mamelles de son tee-shirt moulant et moi je range mon attirail. Lorsque mon pote revient, tout blanc, j'explique à Cindy mon égalisation à la finale de coupe d'Europe 2000. A l'expression de son visage, je vois qu'elle n'y entrave que dalle. Et pour cause ! Elle veut du dur en elle et moi je veux lui gicler dessus et partout comme un intarissable malpropre ! Encore une fois, le pote tente de me montrer sa connerie mais miss Gastro l'alpague au colon ! Retour à la case chiottes ! Et vlan ! Je trombine la nana sur une chaise ! Et boum ! sur la table ! Et bing ! Par terre ! Dans le cul et dans la teuch ! Dans la bouche et dans l'oreille ! Elle me griffe, je la baise ! Elle en redemande, je la mitraille à la douze-sept ! Je vocifère, elle hurle ! Deux bêtes en rut qui s'entrechoquent en se mordant et se pinçant les chairs ! S'pèce d'enculé ! Petite pute ! Connard ! Salope ! Crabe farci ! Sauce béchamel ! J'explose dans sa bouche. Elle avale goulûment puis se caresse le visage avec mon gland puis le reste de mon outil perforateur. Ouch. Soubresaut de bandaison fière.

    Parait-il mon pote est revenu un quart d'heure plus tard mais j'étais parti. Depuis, je nique Cindy de temps à autre chez moi, dehors ou à l'hôtel, mais même si entre nous deux le panard est vraiment de haut niveau, il n'atteindra plus jamais le top de ce jour d'hiver.

    *Pour préserver l'anonymat des conquêtes de Sylvain Wiltord, les prénoms de ces dernières ont été changées.

     

    suivant: coup N°2

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :