• Les meilleurs coups de Sylvain Wiltord 4

    C'est l'une de ses innombrables conquêtes qui le dit : «  Au lit, Sylvain est si fougueux et si puissant que si je ferme les yeux, j'ai l'impression, excusez-moi l'expression, de me faire gangbanguer ». Phénomène sexuel, Sylvain Wiltord a été sollicité à plusieurs reprises par des producteurs de porno pour jouer dans des films. L'homme a toujours refusé avançant qu'il était avant tout un footballeur professionnel. Pourtant, lorsqu'on lui parle de ces sollicitations, son visage se crispe comme assailli par les regrets. Car si en tant que footballeur, Sylvain Wiltord est resté Sylvain Wiltord, en tant qu'acteur, il aurait pu devenir le Maradona du porno. Aujourd'hui, pour OH NON ENCORE DU FOOT ! l'homme nous livre l'un de ses plus chaud plan cul dont il a le secret.

     

    J'avais une violente envie de me retaper l'ouvreuse de l'autre fois, mais je me souvenais plus exactement où se trouvait son cinéma. En gaule perpétuelle, j'ai erré difficilement dans la ville pendant au moins une demi-heure (mais c'était peut-être cinq minutes, quand on bande dur comme ça, le temps passe super lentement). Puis, j'ai cru reconnaître l'endroit. J'ai pénétré. La salle était comble. J'ai néanmoins réussi à trouver une place. L'ouvreuse viendrait certainement à la fin du film. Sauf qu'à la place du film, une nana toute en rondeur s'est postée face au public et a commencé à parler de la communauté européenne. Je me serais cassé si ma gaule ne l'avait pas pointé du gland. Bouche à pipe, z' yeux flamboyants, courbes délicieuses, elle valait la culbute. Bref, à la fin de la conférence, je suis allé la voir. J'ai dit : « J'ai adoré votre speech sur la communauté européenne, les échanges économiques tout ça, moi qui suis footballeur j'ai tout compris, c'est dire. Vous savez vous abaisser à la hauteur des sportifs. Bravo » La salle s'était vidée. Elle m'a maté d'abord le haut pour s'arrêter sur mon bas. « Mais vous bandez ! » s'est-elle écriée, le visage écarlate. Si ce n'était pas une invitation à un petit coup vite fait bien fait, ça ? J'ai sorti mon braque qu'elle a alpagué comme le vêtement de ses rêves soldé à cinquante pour cent. Suçage goulu. Quelle dévoreuse ! A un moment elle s'est arrêtée et m'a dit : « Tu peux m'envoyer ton foutre sur la gueule, si tu veux ». « Pas maintenant » j'ai dit. Et je l'ai plaquée contre son pupitre de conférencière, la tronçonnant sauvagement. A chaque coup que je lui filais, elle poussait un gémissement qui était amplifié par le micro du pupitre encore en marche. C'était magnifique. J'avais l'impression que ma bite conférençait sur le cul. Manquait juste un public de moules bien mouillées. « Ouh ! Oh ! » hurlait la nana, les yeux roulant comme des boules de lotos. La pilonnant activement, j'ai dit : « En fait, j'ai rien capté à ton histoire de communauté européenne, je t'ai menti tout à l'heure ». « C'est pas grave, hi, han, mon dieu ! ». « J'peux même te dire que je me suis fait chier grave. Peut-être qu'avec un ballon, ça se passerait mieux ». « Oh oui ! Oui ! Comme ça ! Encore ! En profondeur ! ».  Je l'ai foutue de face, jambes bien écartées et j'ai repris de plus bel. Une vraie sex machine inspirée. La nana haletait, suait, suffoquait, planait au dessus de l'Europe, de l'Asie et même de l'Amérique du sud ! J'avais la bite en flammes ! Retournement de la nénette et éjaculage dans le trou de balle ! Retournement encore et éjaculage sur les jambes ! La nana s'abaisse, éjaculage sur la face ! Pffiiiuu, elle fait. « Retourne-toi » je dis « j'ai pas fini le taff ».


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :