• Les donneurs de leçon

    Dans la vie, rien n'est plus exaspérant que les donneurs de leçons. Ils sont du genre à avoir tout compris de la vie et la ramènent sur tout et n'importe quoi, pensant détenir la vérité absolue. Ce sont en quelque sorte des mini dieux sans doute envoyé sur terre pour guider les ignorants que nous sommes. Du moins le croient-ils.

    Depuis le début de cette coupe du monde, les donneurs de leçons se sont multipliés comme des coquilles vides de moules un jour de frites. La plupart vient l'équipe de France 98, victorieuse du mondial on ne le répétera jamais assez - qui dit cela dit le droit de donner des leçons, ouais, ouais. Cette victoire en 98 s'est jouée à peu de choses, comme en 2000 en coupe d'Europe, comme pour l'arrivée en finale en 2006. Dans toute victoire suprême, il y a bien sûr un énorme boulot mais aussi une part de chance, part de chance non négligeable. Un jour, c'est le tir d'un adversaire qui s'écrase sur la barre transversale, un autre c'est un pénalty généreusement accordé... Certains diront que la chance se provoque, ce à quoi d'autres répondront qu'elle choisit son camp (quel dommage que celle-ci n'ait pas la parole). Cependant, nier cette part de chance c'est tout simplement se voiler la face et construire une réalité aux sur dimensions de son ego facilement gonflable. De là à croire qu'on sait la recette pour gagner une coupe du monde, il n'y a qu'un pas.

    Du haut de leurs piédestaux qu'ils se sont construit eux-mêmes, certains de ces anciens joueurs se sont permis de donner leurs directives, jugeant untel trop individualiste, tel autre pas assez combatif... Spectacle assez surréaliste que de les voir et à la télévision et dans les journaux et sur internet déblatérer sur une équipe dans laquelle, il n'y a pas si longtemps, ils évoluaient. Eux-mêmes ont-ils appréciés lorsque d'autres anciens bavaient sur eux ? Pas certain. Ou alors peut-être se vengent-ils ? Mais à ce moment là, il fallait cracher sur les rassemblements d'anciens. Bon, évidemment, ça n'aurait pas mis du beurre dans les épinards. Et puis ces donneurs de leçon n'auraient pas été sous la lumière des projecteurs. Un champion du monde ne peut disparaître comme cela. Ce serait trop con (question : un champion du monde est-il immortel ? réponse possible : je ne serai plus là pour le voir).

    L'équipe de France actuelle est sans doute fragile. Et sans doute ne fera t-elle pas un grand parcours en coupe du monde. A la voir jouer, il est d'ailleurs plus facile de pronostiquer un échec prématuré qu'une série de victoires (pas besoin d'être champion du monde pour ça). Cependant, en cas de défaite rapide, si certains avaient eu la décence de fermer leurs gueules, ça n'aurait pas été plus mal.

     

    Etienne Bronson de vive le Sport


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :