• La pub de l'équipe de France pour le Crédit Agricole

    Rien que pour ce spot publicitaire, il faut souhaiter que l'équipe de France de football ne passe pas le premier tour de la coupe du monde. Car là, le foutage de gueule atteint un tel niveau qu'il est nuisible pour le cerveau. Je n'ose pas imaginer les conséquences dramatiques de la vision répétée de cette ineptie... Au bout d'une semaine, on pense comme un ballon ? On se prend pour un short ? On trouve beau les crampons ? La pub vante les mérites d'une banque, le crédit agricole pour ne pas le nommer. Dans le spot, on voit des footballeurs français sauver in extremis des badauds d'un danger certain. Lassana Diarra en envoyant un ballon sur une plaque d'égout évite à un homme de tomber dans un trou. Thierry Henry et Yoann Gourcuff, grâce à un shoot à deux, explosent un avion miniature en flammes qui menaçait de heurter à la tête un passant insouciant. Déjà, on ne voit pas trop le rapport avec la banque. Les mecs qui ont échappé à l'accident allaient-ils au distributeur ? Etaient-ils conseillers du Crédit Agricole ? Les joueurs sont-ils clients de la banque ? Ou, étant donné que leur carrière est courte, commencent-ils leur reconversion en tant qu'anges gardiens pour le Crédit Agricole ? Et ange gardien pour le crédit agricole n'est-ce pas complètement débile ? D'ailleurs, pourquoi des footballeurs en tant qu'anges gardiens ? Sont-ils plus aptes que d'autres à assurer ces fonctions ?... On l'a vu dans la réalité, les footballeurs français foirent neuf fois sur dix leurs tirs. Comment peut-on croire que lorsqu'un danger pointera le bout de son nez, le gars fera mouche à tous les coups ?... Entre parenthèses, ce spot contribue à alimenter l'idée que les footballeurs ne sont pas des lumières. Au lieu tout simplement d'avertir les personnes oralement, non il faut que les types tapent dans un ballon, c'est plus fort qu'eux, le ballon est la raison de leur existence, leur prolongement en cuir et en vent. Ils ne peuvent absolument pas s'en passer. Le mec veut ouvrir une porte, il faut qu'il shoote sur la poignée, Il va à la boulangerie, il shoote sur les deux baguettes qu'il désire, il est content il jongle, etc...

    Pour rendre ce spot un tantinet crédible (mais a-t-on déjà vu une pub crédible ?), les créatifs (mais sont-ce vraiment des créatifs ?) auraient mieux fait d'être plus directs : première scène : le type qui manque de tomber dans le trou est devant son conseiller pour faire un prêt immobilier. Deuxième scène : Le conseiller lui annonce mine déconfite (la mine déconfite est la première expression qu'apprend à simuler un banquier) que vu ses faibles revenus et son absence d'apport il aura que dalle. Troisième scène : Tadam ! Lassana Diarra arrive et offre ses primes de matchs de l'année en cours au pauvre type. Quatrième scène, grâce à l'apport de Lassana Diarra, le conseiller accorde finalement le prêt immobilier ! Pour le type à l'avion, on pourrait imaginer une séquence avec un huissier qui vient prendre ses biens. Apparition de Thierry Henry et Yoann Gourcuff avec deux valises remplies à ras bord de biftons et tout est bien qui finit bien !

    Evidemment, à la vue de ce spot, je ne croirais pas plus au bon cœur du Crédit Agricole mais au moins, pour une fois, je trouverais ça drôle.

     

    William Ronchonchon


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :