• L'équipe de France trop gâtée ?

    Dans cette période de tension où chacun envie la réussite du voisin, où chacun jalouse celui qui le dépasse, où chacun hait celui qui gagne, il est étonnant de voir certains ministres alimenter une polémique malsaine pour attirer sur eux les feux des projecteurs. Peut-être à cause de sa jeunesse et de son ambition démesurée (mais je ne lui tiens rigueur ni de l'un ni de l'autre), Rama Yade n'a pas bien évalué les conséquences de ses propos outrageants sur l'équipe de France de football. En tout cas, il faut le souhaiter sinon ce serait grave, très grave. Selon elle, nos footballeurs français seraient trop gâtés en Afrique du Sud : Hôtel de luxe, personnel dévoué aux petits soins pour eux, grappes de spécialistes en tout genre à leur service (il y aurait aussi des psychologues), trop d'argent serait dépensé pour nos sportifs qui, au fond, ne le méritent pas (voir « le lamentable » match France-Uruguay), argent qui pourrait être utilisé à d'autres fins, plus humaines et sociales. Je pose une question à notre chère secrétaire d'état au sport ? En Afrique du Sud, vit-elle dans une auberge de jeunesse ? Mange t-elle dans les gargotes pas chères du coin ? Se déplace t-elle à vélo ? Est-elle habillée par Tati ? Apparemment non, ou alors je n'ai pas de bons yeux (mais je ne le crois pas, je reviens justement de chez l'ophtalmo, dix sur dix, vue parfaite). Et c'est tant mieux. Les gens d'élite dont elle fait partie ne sont pas arrivés au sommet de la société pour manger du thon en boîte (même pas à la tomate) et passer l'aspirateur. Une fois président, François Mitterrand aspirait-il à dormir dans un formule 1 ? Jacques Chirac à s'acheter un pack de 8.6 dans un leader price ? Nicolas Sarkozy à circuler en Twingo, une montre plastoc Swatch au poignet droit ? Non ces hommes, tout comme Rama Yade, voulaient qu'on les révère et qu'on les serve comme ils le méritaient. Car être tout en haut n'est pas donné à tout le monde. Etre tout en haut c'est un sacrifice qui exige un talent, une force et une volonté surhumains. Normal qu'en retour ces hommes et femmes d'élite reçoivent richesses et honneurs. Tout le monde peut passer l'aspirateur, peu commander aux autres de nettoyer son château ou son hôtel particulier. Les footballeurs sont de la même nature que Rama Yade et Louis XIV. Le luxe dans lequel ils vivent n'est donc pas immérité. Rappelons qu'ils portent les couleurs de Carrefour et de SFR, entreprises que la crise frappe de plein fouet. Que se passerait-il, si les joueurs logeaient dans un hôtel miteux et bouffaient des pâtes bon marché à longueur de journée ? Leurs prestations footballistiques seraient catastrophiques et qui dit débandade sportive dit débandade économique. La France qu'une nouvelle claque économique anéantirait a besoin que son équipe de football passe le premier tour. Il est donc normal qu'elle y mette les moyens. Si elle avait eu conscience des intérêts en jeu, Rama Yade aurait gardé le silence. Et elle aurait massé nos joueurs.

     

    Francis Azemmour

     

    PS : Merde, je voulais parler de Diane de Poitiers, la favorite de Henri II, qui pour conserver sa jeunesse buvait de l'or (à soixante ans, parait-il, la très belle femme en paraissait quinze) rapport au luxe bienfaiteur, tant pis, j'en parlerai une autre fois.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :