• France-Espagne

    Bien. La France a perdu 2 à 0. Défaite qui ne prête pas à discussion. L'Espagne a été bien meilleure. Bravo à elle, elle vient de remporter ce match amical. Elle est championne d'Europe et part largement favorite pour la coupe du monde. Après ce match, la France vient de perdre le peu de crédit qu'elle avait encore. En Afrique du Sud, personne ne va l'attendre. Tel Hannibal de l'agence tout risque, Raymond Domenech voit son plan se dérouler sans accroc. Tout spécialement hier soir, il a fait jouer une équipe convalescente avec Ribéry revenant de blessure et encore sous le choc de sa lecture du roman de Jonathan Safran Foer : tout est illuminé, Henry à moitié dépressif, pas encore remis de sa main qualificative et remplaçant à Barcelone, Lloris, déçu par le classement de son club et par le dernier film de Scorsese, Anelka stressé par une commande internet de canapé en cuir qui tarde à venir, Diarra victime d'un vol de paquet de chewing gum à la cannelle (blague de Franck dictée par Raymond ?),  Escudé  torturé par un point noir etc... Dans cette équipe, seul Toulalan était en pleine forme et en pleine possession de ses moyens, mais si Raymond avait pu le remplacer par un joueur mal dans ses chaussettes, il l'aurait fait. Afin que la suprématie de l'Espagne soit totale, Raymond, qui a plus d'un tour dans son sac, a aussi coaché comme un stagiaire. Des joueurs bouffant la même herbe, des consignes de la quatrième dimension, des remplacements tardifs etc... On peut aussi se demander si Raymond, dont on connait le grand talent relationnel, n'avait pas commandé au public du stade de France de siffler son équipe, histoire de la mettre plus bas que terre.

    Bref, Raymond, le grand illusionniste, a réussi à faire croire que l'équipe de France ne valait pas tripette. Et dans le même temps, grâce à lui, l'Espagne se voit déjà championne du monde (rappelons que le talon d'Achille de cette équipe est la grosse tête). Quand viendra l'heure de la compétition, soyons certain que l'équipe de France montrera un tout autre visage. Alors le plan de Raymond portera ses fruits : Car les premiers surpris seront ses adversaires...

    Peter Smash de Vive le Sport


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :