• Et si le football montrait l'exemple

    Déjà, sur les bancs de l'université, nous en parlions avec ferveur. Etudiants et professeurs, nous échangions sur l'idée d'une super nation qui réunirait plusieurs de nos actuels pays. L'Europe a été un grand pas vers cette formidable idée - et nombre d'étudiants que j'ai connu à l'époque et qui furent, pour certains, des amis, amis que les aléas de la vie, hélas, m'ont fait perdre de vue, ont travaillé corps et âme à sa constitution, rédigeant des lois, les peaufinant et les améliorant dans le but d'un monde meilleur... Forcé de constater que cette énergie dépensée noblement pour ne pas dire héroïquement n'a pas porté ses fruits. L'Europe, malgré ses multiples accords et traités visant à augmenter les droits et libertés de ses résidants, reste un espace morcelé où la division règne en maîtresse absolue. La crise a accentué ce phénomène, chaque état défendant son bifteck férocement, l'Allemagne, par exemple, qui, en se présentant comme un élève modèle ne comprenant pas pourquoi il devrait faire des efforts pour les autres, refuse de prêter main forte au cancre, la Grèce. En voyant de tels égoïsmes s'exprimer, certains de mes anciens amis doivent se retourner dans leurs robes... Ou les mordre.

    La Fédération Internationale de Football Association est en passe d'accomplir ce fantastique idéal. En effet, depuis maintenant plus de 20 ans, un service spécial travaille à ce rassemblement des nations au sein de la plus haute instance du ballon rond. Ce service, appelé le PCMF (Pour une Coupe du Monde Fusionnelle), emploie une centaine de personnes dont la moitié sont des hommes et femmes de loi renommés et reconnus, parmi lesquels l'avocat américain John Member, la juge islandaise Mickaëla Ivönen ou encore le procureur Belge Philippe Van der Bruck pour ne citer qu'eux. Leur mission : Faire une coupe du monde à deux équipes se rencontrant dix fois sur une période de trois mois. Pour l'instant, l'objectif est de réduire le nombre d'équipes à quatre à l'horizon 2022, soit une équipe africo-européenne, une équipe asiatique, une équipe océanique et une équipe américaine. Afin de préparer les opposants (qui sont nombreux) à cette nouvelle formule, la coupe du monde 2014 se jouera avec soixante quatre équipes soit le double de la coupe du monde 2010. Il s'agit de démontrer qu'une compétition sous cette forme est ingérable et obsolète. En réduisant radicalement le nombre des équipes, en fusionnant les nations, la coupe du monde de football nouvelle réinvente la compétition, la transfigurant et l'élevant au dessus des autres encore à l'âge de pierre (le hoquet sur gazon reste l'une des disciplines sportives les plus rétrogrades et les plus primitives qu'on demeure surpris qu'à notre époque certains la pratiquent encore ou la suivent (avec le bowling) ). En 2018, les équipes en lice reviendront à seize comme avant 1998. 2022 sera le premier véritable tournant. John Member parle de cataclysme sportif. Quatre équipes, soixante-dix rencontres sur six mois pouvant se dérouler à toute heure du jour ou de la nuit, dans n'importe quel coin de la planète. Des joueurs pratiquement sans frontières, simplement séparés par les océans. Une compétition unique et fraternelle. Puis, si cette formule est acceptée par les peuples, dès 2026, passage à une coupe du monde à deux équipes avec la fusion de la partie africo-européenne avec celle océanique et le rassemblement de la partie asiatique avec celle américaine... Ou l'inverse. 

    Comme nous venons de le voir, les politiques, les législateurs mais aussi les acteurs économiques ont beaucoup à apprendre des gens du football. Lorsque je vois devant mes yeux mon fils de 14 ans exécuter des jongles avec son ballon de foot, j'éprouve une immense fierté. Il a peut-être redoublé deux fois sa sixième mais au moins il pratique un sport sain qui, au-delà des convoitises qu'il suscite, tend vers le bien.

     

    Maître Potin, avocat à la cour


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :